+41 78 666 86 49 
info@refugedarwyn.ch

Séquestre de Samoëns

16 février 2018

15 février 2018

Polémique et Droit de réponse

Suite au retrait de chevaux ordonné par la DDPP de Haute-Savoie du 12 février 2018 chez Mme Émilie JAUFFRET, une vidéo mise en ligne montre un minuscule extrait du film, accompagné d'un texte pour le moins personnalisé, donnant une interprétation trompeuse. C'est un détournement des faits qui a eu pour conséquence de susciter l'étonnement et une cyber-indignation, notamment parce que les chevaux étaient en bon état général.
Mme Émilie JAUFFRET dans son témoignage à la presse argumente :... « Depuis quand les chevaux doivent impérativement être mis en box en hiver ? », et sous entend que le Refuge de Darwyn encourage la détention en boxe.
Cette polémique met en évidence un énorme problème de lucidité en termes de protection animale. Cette saisie est un fait rarissime semble-t-il en France, elle crée pourtant un précédent. Le bien-être animal n'est pas qu'une affaire d'état d'embonpoint correct ou de chevaux cachectiques, il s'agit aussi de prendre en considération tous les éléments des conditions de détentions. Nous invitons donc Madame Émilie Jauffret à poster la vidéo dans son intégralité.
Monsieur Pierre Enoff a posté un message sur notre page Facebook. Dans ce post il y est fait reproche au Refuge de Darwyn de faire la promotion de la détention en boxe pour les équidés. Nous avons discuté par téléphone hier avec Monsieur Pierre Enoff et nous tenons à apporter les précisions suivantes à ce débat :
Monsieur Pierre ENOFF œuvre afin de promouvoir l'idée de permettre aux chevaux de vivre en liberté, en cela nous ne pouvons qu'adhérer à ce concept sans restriction. Que notre société progresse dans ce sens, dans sa façon de traiter les chevaux, que les mentalités évoluent pour permettre aux chevaux de vivre libre, dans des pâtures adaptées, en troupeau, pieds nus. Selon les informations extraites du site internet de Monsieur Pierre Enoff «Les chevaux d’EQUILibre® vivent une vraie vie de cheval dans un espace ouvert de plus de mille hectares » pour 70 chevaux.

Les 26 chevaux, poneys, ânes saisis le 12 Février dernier subsistaient sur 8 minuscules paddocks de 300 à 400 m2 dont 1 de 250 m2 environ.

Nous ne parlons pas des mêmes conditions de liberté. Faire vivre des chevaux à longueur d'année sur des surfaces ouvertes, exiguë, délimitées par des clôtures électrique, même avec un abri et du foin, sur une commune à une altitude de 1000m dans les Alpes, cela n'est pas la définition d'une vie en liberté. Les parcelles se transforment rapidement en champs de boue et de merde, même si la neige et la glace les dissimulent. C'est peut être plus enviable que d'être enfermé dans un boxe, mais pour le Refuge de Darwyn cela reste de la contention sur une surface étriqué et insalubre. Ne pas admettre ce fait est du DÉNI !
Le Refuge de Darwyn préconise des conditions de vie adaptées à chaque cheval selon son âge, état physique, moral , situation géographie, altitude, saison, conditions climatiques, surface disponible suffisante et adapté aux chevaux. Dans le respect des normes élémentaires d’hygiène.
Si le cheval doit vivre dans une structure équipée de boxes, il doit pouvoir profiter de longues sorties quotidiennes à l’extérieur, en liberté, sur une surface suffisamment grande pour qu'il puisse se détendre correctement et en dehors de tout travail.
Nul n'est sensé ignorer la loi, les Centre équestres ne sont pas exemptés, même a Samoëns*.

Anouk Thibaud
Fondatrice


*Petit extrait récapitulatif des lois en vigueur en France : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ». (Article L214-1 – Code Rural et de la Pêche Maritime) « Il est interdit à toute personne qui, à quelque fin que ce soit, élève, garde ou détient des animaux domestiques ou des animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité :
1° De priver ces animaux de la nourriture ou de l’abreuvement nécessaires à la satisfaction des besoins physiologiques propres à leur espèce et à leur degré de développement, d’adaptation ou de domestication ;
2° De les laisser sans soins en cas de maladie ou de blessure ;
3° De les placer et de les maintenir dans un habitat ou un environnement susceptible d’être, en raison de son exiguïté, de sa situation inappropriée aux conditions climatiques supportables par l’espèce considérée ou de l’inadaptation des matériels, installations ou agencements utilisés, une cause de souffrances, de blessures ou d’accidents »
4° D’utiliser, sauf en cas de nécessité absolue, des dispositifs d’attache ou de contention ainsi que de clôtures, des cages ou plus généralement tout mode de détention inadaptés à l’espèce considérée ou de nature à provoquer des blessures ou des souffrances. [...] » (Article R.214-17 Code Rural et de la Pêche Maritime ) « Il est interdit de garder en plein air des animaux des espèces bovine, ovine, caprine et équine: lorsqu’il n’existe pas de dispositif et d’installations destinés à éviter les souffrances qui pourraient résulter des conditions climatiques, lorsque l’absence de clôtures, d’obstacles naturels ou de dispositifs d’attache ou de contention en nombre suffisant est de nature à leur faire courir un risque d’accident. [...]» (Article R.214-18 Code Rural et de la Pêche Maritime).

14 février 2018

Nous avons assisté hier (13.02) à une levée de boucliers contre le Refuge de Darwyn, mandaté pour un séquestre par les autorités. Le Refuge n’était pas à l origine de la décision mais seulement convié par les autorités compétentes à prendre en charge les équidés. La DDPP 74, responsable du dossier, répondra à vos réclamations /critiques. Merci de la contacter.

Nous tenons à vous remercier pour tous vos commentaires et/ ou critiques qui démontrent que le cheval reste au centre de nos préoccupations communes. Nous espérons que tous ces messages sur les réseaux sociaux aboutiront à des actions concrètes et efficaces pour le bien-être des équidés.

13 février 2018

Depuis août 2016, Le Refuge de Darwyn a reçu de nombreuses dénonciations sur les mauvaises conditions de détention des chevaux du centre équestre des Sept Monts à Samöens en Haute Savoie, détenus par Mme J. Les services vétérinaires sont intervenus sur place, ont établi des PV pour une mise en conformité des installations.

Le site n’a pas d’arrivée d’eau ni de source, ni d’électricité, et Mme J. n’est pas équipé en tracteur ou autres. Tout doit se faire manuellement. Mme J. est seule et doit gérer l’entretien et assumer ses cours, plus assumer un travail à l’extérieur.

De 2016 à fin 2017, la DDPP a établi des mises en demeure pour une mise en conformité des installations à l’encontre de à Mme J.. Le Refuge de Darwyn a proposé le 21 juin 2017, de venir avec une équipe de bénévoles pour l’aider à remettre les lieux en état, lui a proposé des prix de gros pour du matériel, lui a soumis des idées pour récolter de l’argent (vente de pâtisseries, etc). Entre temps, Mme J. a encore augmenté son cheptel par des animaux de ferme, lapins, chèvres, moutons. Tous vivent sur des sols mouillés et souillés. Certains abris chevaux ou petits animaux menacent de s’effondrer.

Janvier 2018, la DDPP se rend à nouveau sur place et au vu du constat prononce le séquestre qui aura lieu le 12 février 2018.

En date du 12 février 2018, Le Refuge de Darwyn France avec l’équipe du Refuge de Darwyn Suisse, à la demande des services vétérinaires de la DDPP 74 a procédé à la saisie de 15 équidés avec la présence des services vétérinaires de la DDPP et de la gendarmerie, mandatée aussi pour fermer la route lors du chargement.

Les remorques ont été parquées sur la route pour éviter aux chevaux de glisser lors du chargement. Les remorques sont restées effectivement 2h30 sur l’accès routier, sous la vigilance de la gendarmerie, qui a fermé l’accès lors du chargement des animaux, qui a été fait, lui, en 5 minutes. Puis les remorques sont parties.

Le Refuge a pris le temps, (1h30) et toutes les dispositions nécessaires pour que les équidés soient attrapés et amenés aux remorques dans le calme. Tout a été fait pour que les chevaux de propriétaires restés sur place, ne soient pas affolés. (Ces chevaux seront évacués le lendemain au plus tard par les propriétaires, en accord avec la DDPP).

La vidéo publiée sans l’accord des personnes filmées, montre seulement un extrait de l’approche de cette ponette peu sociabilisée.

Mme J. disait qu’on ne pourrait pas l’approcher et a proposé de le faire. Comme elle n’y arrivait pas, l’équipe du Refuge s’en est chargé. A noter que la jument passe sous les clôtures (non éléctrifiées, système défaillant) et qu’une route départementale passe à 60 mètres de là. Nous avons mis des bénévoles autour de la clôture pour dissuader la ponette de passer dessous, tendu une corde pour la ralentir dans son élan lors de sa fuite. Après 5 bonnes minutes, dans le calme, nous avons pu l’approcher et l’attacher. La ponette n’a plus montré de signe de peur par la suite mais a des réactions curieuses, un vétérinaire va venir faire un test afin d’éliminer un éventuel souci de vue.

Les chevaux de Mme J. sont à ce jour placés sous la responsabilité de Darwyn France et contrôlés par la DDPP, dans des stabulations, paillés , au sec, sortis la journée, en attendant que la procédure soit traitée. Pour rappel, Mme J. a 90 jours pour mettre ses installations en état et récupérer ses animaux. Les services vétérinaires ont appliqué la loi, et n’attendent pas de voir des animaux maigres ou en grande souffrance pour agir.

Le 13 février 2018, Mme J. a publié des propos mensongers sur les réseaux sociaux. De nombreux commentaires accusent le Refuge de vol de chevaux.

Nous sommes consternés par les réactions de nombreuses personnes qui se permettent d’insulter et de nous menacer. Mme J. se fait passer en victime, d’une professionnelle à qui on a enlevé ses animaux, mais avez-vous tous les éléments pour pouvoir juger. Non ! Elle fait appel à la corde sensible de personnes qui n’ont pas le courage de nous contacter pour savoir ce qu’il en est. Certains ont pris la peine de nous appeler, notamment des organismes professionnels pour comprendre ce qu’il en est. Faire le buzz pour se victimiser se servira pas sa cause.

Une vidéo de la ponette blanche….qui a été attrapée en 5 minutes et dans le calme.

Deux journalistes étaient sur place et ont publié des photos, pensez vous qu’ils auraient caché des faits aussi graves d’acte de maltraitance comme le dit Mme J. ?

Pensez vous que le Refuge de Darwyn n’a pas assez de demandes de retrait pour aller en voler, en plus de les voler en la présence de la gendarmerie  ?

Pensez vous que le Refuge de Darwyn resterait propriétaire des chevaux qu’elle place si elle les vendait et elle les suivrait jusqu’à leur mort ou venait en aide aux familles d’accueil quand elles en ont besoin ?

A vous qui avez surréagi sur les réseaux sociaux, j’espère que vous réaliserez que votre réaction est injuste à l’encontre du Refuge !

Merci à ceux qui ont pris la peine de demander des infos, ont eu des doutes mais ont pris les infos à la source !

Lu 12394 fois Dernière modification le vendredi, 16 février 2018 09:53

Adresse

Chemin du Clos 15
1233 SEZENOVE (Geneve - CH)

TEL : 00 41 78 666 86 49

Conditions générales liées au shop

Coord. bancaires sur Suisse

Refuge de Darwyn

1200 Genève
CCP N° 17-228647-4
Refuge de Darwyn
IBAN : CH07 0078 8000 U327 1271 4

Coord. bancaires sur France

Crédit Agricole

RIB 18106 00036 94719 748050 87
IBAN: FR76 1810 6000 3694 7197 4805 087
BIC AGRIFRPP881