Historique

Création du Refuge   Années 2000 à 2002    Année 2003

Année 2004   Année 2005  Année 2006 Année 2007 Année 2008

Année 2009 Année 2010

Année 2000: Comment est née L’Association du Refuge de Darwyn ?

1987 : Anouk, future fondatrice de l'Association, arrive à la Ferme St-Georges à Onex. Une ferme comme il n'en existe presque plus. C’était un lieu de rendez-vous pour les jeunes mais aussi un repère pour les amoureux des chevaux, qui aiment d’abord leur cheval avant de vouloir les monter.
1989 : Anouk achète son premier cheval, Fleurette une Franches-Montagnes de 15 ans qui partait à l’abattoir. Le proverbe dit : « Jeune cavalier, Vieux cheval ».
1991 : un poulain naît, on ne sait pas vraiment qui va s’en occuper, elle décide de l’assumer…Quelques jours passent…Le coup de foudre est immédiat. La maman  d'Anouk fera les fonds de tiroir pour acheter ce poulain qu'Anouk baptisera Darwyn.
De 1995 à 1998, Anouk gère une écurie de propriétaire « La Chevauchée » basée à Sezenove. Anouk et Darwyn font de nombreux Rallye, de Gymkhana, mais offrent aussi la possibilité à des enfants qui n’en ont pas forcément les moyens de monter à cheval. Darwyn devient le chouchou de tous.
En 1998, Darwyn disparaît subitement. Anouk cessera l’activité de la Chevauchée suite à sa mort. Un propriétaire ne viendra jamais chercher son cheval, elle le garde…Narvalo sera mis en retraite et s’appellera Nano.


La douleur de la perte de son cheval est vive pour anouk, mais sa passion des chevaux ne s’éteint pas…elle  s’en isole pendant quelques mois… mais la flamme brûle toujours, la passion galope dans sa tête, la rage prend le dessus…et la voilà à la recherche d’une Ferme. En Suisse, ses recherches n’aboutissent pas, mais à la Frontière, elle trouve une ferme avec 3 hectares. Quelques mois de travaux et les premiers chevaux arrivent. D’abord des chevaux de propriétaires…Quelques temps après, l’un de ceux-ci informe Anouk qu'il doit se faire opérer, et qu'il ne pourra plus se consacrer à sa jument Maly. Il doit se résoudre à la conduire à l’abattoir à fin du mois …Anouk vide le peu d’argent qu'elle a sur son compte, et rachète Maly du Roualand, une si gentille jument qui a été montée par un grand nombre de cavaliers de la région à leurs débuts.
Deux chevaux déjà occupent des boxes qui étaient normalement destinés à des chevaux de propriétaires.

Les mois passent, Anouk décide de faire agréer sa Ferme à Bloux, comme référence comme maison de retraite pour la France. Elle obtient le Label Pré-Vert. Ensuite, elle se propose Déléguée pour la Haute-Savoie de la Ligue Française pour la Protection du Cheval et du Poney. Elle traite les plaintes…
Un jour au cours d'un déplacement…elle aperçoit un poulain de trait avec sa maman…
Elle baisse la vitre pour lui dire : « Salut le Poupouyou », et voila qu’il lui répond.
Ce moment l’interpelle….Pendant 15 jours, elle vient tout les jours pour le voir.. Les larmes roulent…Anouk fait enfin le deuil de Darwyn …
Qu’allait devenir ce poulain ?
Comme bon nombre de chevaux de trait, à 6 mois il était destiné à l’abattoir…Anouk le rachète aussitôt même si l’envie de remonter n’est pas là.
« Chaque jour que j’allais te voir, tu entendais la voiture, bon c’est vrai, le toyota faisait un bruit bien à lui, tu galopais en hennissant….même qu’un jour tu as failli me rentrer dedans, d’où j’ai décidé de t’appeler Obélix ».

Et voila le 3ème cheval à ma charge arriva à Bloux. Ensuite il y a eu Princesse,une jument d’une gentille famille qui n’arrivait plus à totalement l’assumer….je la pris sous mon toit… Et vint le 4ème, puis Tzigane, un gentil poney haflinger qu’une famille assumait jusqu’au jour où un terrible accident leur arriva. Le papa m’annonça qu’il ne pourrait continuer à payer pour Tzigane…et voila le 5ème cheval recueilli en quelques mois.

C’est à ce moment que je me suis rendue compte que les chevaux étaient souvent de trop selon les évènements de la vie de chacun, et que la passion que j’ai en moi me donnait la force et l’envie de donner une chance à ces chevaux qui n’avait plus leur place.
Alors le Refuge de Darwyn fut officiellement enregistré à la sous-préfecture de St Julien le 17 février 2000.

Les chevaux recueillis étant de propriétaires Suisses, je me suis fixé le but de créer L’Association de défense des chevaux maltraités pour la Suisse.C’est pour cette raison qu’en février 2001, le Refuge déménagea à Sezegnin (Genève)  chez la famille Buloz.
 

de 2000 à 2002: Et encore des déménagements….

Le Refuge resta à Sézegnin jusqu’au mois de Juin 2002.
Les propriétaires des lieux voulant récupérer les écuries, une grande partie des chevaux déménagèrent à l’annexe du Refuge à Tatroz le 1er juin 2002. Une autre partie des chevaux, plus des chevaux de propriétaires, partirent à Avusy dans une écurie privée. Ceux-ci afin d’assurer des rentrées fixes le jour ou le Refuge trouverait son Ecurie. 

Pendant ce temps, l’action du Refuge continue… les sauvetages aussi…En passant par le sauvetage de Sahra et Chance qui étaient oubliées dans un pré, de Chuck attaché dans 1 mètre de fumier et blessé, sans oublier notre Ukita… enfermée pendant 3 ans sans voir un maréchal ferrant.


ukita
veto

Afin de continuer à se faire connaître, le Refuge était présent à de nombreux stands comme :

- Fête des Animaux au Bord du Lac organisé par la SGPA
- Stand à la Fête country de Bernex
- Fête country à St Martin (Fribourg)
- Fête du Vieux Cheval à Tatroz en août 2002

Cette année fut marquée également par la Remise du Prix Cunéo de la part de la SPA de Genève !
Quel beau remerciement !

 

 Année 2003

Répartis entre Avusy et Tatroz, le Refuge continue son action mais aimerait bien se baser sur Genève, pour centrer son énergie.

Un hangar sera à vendre aux enchères dans la campagne genevoise, le prix annoncé serait négociable pour le Refuge… après diverses dérogations obtenues par les autorités agricoles… le Refuge pourra se présenter pour l’enchère… un seul problème, il faut se présenter avec un chèque de 50'000 Frs… Après des pieds et des mains, et grâce à 2 donateurs, nous voilà dans la salle des enchères de la Ville de Genève… l’enchère débute… les prix montent… et voilà, le voisin mise plus que notre maximum, le hangar nous passe sous le nez…des mois à faire des calculs, des devis, des courriers pour obtenir toute de même des dérogations… et bien tant pis… une prochaine fois…
Cette année le Refuge fut exonéré d’impôts, soit reconnue d’utilité publique.

Les admissions aux Refuge augmentent, que ce soit pour des chevaux destinés à l’Abattoir, maltraités, séquestrés par les autorités ou bien encore de propriétaires désoeuvrés. Heureusement, les membres et les fondations continuent à soutenir le Refuge même si une grande partie des chevaux sont répartis sur plusieurs sites.

Le Refuge doit impérativement trouver sa place sur Genève, et ce n’est pas faute d’avoir cherché… malgré les annonces et nos diverses connaissances, rien ne bougeait… il ne faut pas oublier que le milieu du cheval est un monde grand et petit… tout le monde se connaît et ne s’aime pas forcément… alors imaginez en plus, une telle association qui se bat pour le bien être des chevaux, et pour des chevaux qui auraient déjà dus être abattus car ils ne répondent plus aux exigences de leurs cavaliers ou bien simplement parce qu’ils ne ressemblent plus à des chevaux, tellement ils sont maigres…

Notre éthique avec du temps, est que chaque cheval à sa place… et cela qu’il soit jeune, vieux ou vilain…

Année 2004

Nous devons impérativement rapatrier les chevaux de l’Annexe de Tatroz car l'agriculteur ne peux plus garder les chevaux du Refuge…. En mai, Le Refuge ouvre une petite annexe sur Genève, à Cartigny, ainsi on pourra assurer des pensions de propriétaires et avoir un petit pied à terre pour une partie des chevaux du Refuge…Nous trouverons également une bonne écurie dans le Jura Français ou 5 de nos chevaux seront mis en pension dont Saib (né en 1969) et Zita (née en 1970) nos deux doyens.

Mais le calme administratif ne durera pas…nous trouvons un terrain de 3 hectares à acheter ou nous souhaiterions construire le Refuge. Diverses autorités nous soutiennent. L’architecte qui élabore les plans déposent les demandent d’autorisations.
Quelques mois plus tard, une grande partie des départements s’opposent à cette construction… Entre autre, le département de l’agriculture qui ne conçoit pas des chevaux dans la zone agricole… nous laisserons vite tomber afin d’économiser des sommes d’argent exorbitantes.

Quelques mois plus tard, une grande lueur d’espoir brille, nous pourrons aménager en co-habitant avec une autre association temporairement à Sezenove…
Et oui, le 1er octobre 2004 le Refuge s’implante à Sezenove !
Pendant tout le mois de septembre, nous nous acharnons sur les installations des box pour accueillir au plus vite les chevaux.

Quel mois, nous aménageons à Sezenove, et déménageons en même temps les chevaux de Tatroz à Fribourg ! Des mois et des mois de travail de manutentions et sans pour autant oublié notre Action principale, le sauvetage des chevaux….Nous trouvons toujours le temps pour aller constater les plaintes et pour agir.

Cette année fut marquée par le sauvetage de Tacos, ce petit poulain qui était au seuil de la mort que nous avons transporté d’urgence chez notre vétérinaire où il resta quelques mois avec des soins journaliers.
Bimbo, ce vieux coco aux jambes arquées…Fanny, notre mémé pleine de vie…
Cacahuète, Harmony, que l’on racheta pour leur éviter le couteau du boucher…le propriétaire avait ses chevaux dans une écurie attenante à la boucherie, il avait juste à ouvrir la porte…
Ulysse, ce cheval avec un grand cœur qui a changé des dizaines de fois de propriétaires jusqu’à ce que le Refuge lui trouve une place en or…

Heureusement, les familles d’accueil augmentent et permettent ainsi au Refuge de pouvoir sauver des chevaux et de minimiser les coûts d’entretien… .Nous n’oublierons pas nos déplacements pour amener les chevaux dans les futures familles d’accueil… Des fois il vaut mieux en rire qu’en pleurer…Il nous est arrivé de faire des centaines de kilomètres et de ramener le cheval… et oui, le Refuge sauve des chevaux pour leurs assurer une belle vie… par pour les replacer n’importe où. Depuis cette expérience, l’association spécifiera dans le placement de ces chevaux qu’ils ne pourront pas être placés à plus de 200 km de Genève.

2004, fut également la naissance de la Gazette de Darwyn. Elle remplaça le courrier de 7-8 pages envoyés 4 fois par an aux membres.

Cette année 17 chevaux ont été recueillis par le Refuge.

Année 2005

Le Refuge à Sezenove s’implante tranquillement… il faut continuer à aménager les lieux tout en développant des activités pour les rentabiliser. Pendant ce temps, il faut tout de même rendre visite aux chevaux placés, le 90 % de nos visites répondront à nos attentes alors que certaines familles auront un avertissement avec certaines modifications à apporter à la détention ou aux soins des chevaux qui leurs ont été confiés. L’une d’elle s’opposera à notre décision et prendra un avocat bien connu du milieu des animaux pour parler en son nom… quelle tristesse de voir ça… Cette famille en plus se bat également pour la protection des animaux, des chiens exactement, alors pourquoi ne pas discuter simplement. De notre coté, nous ne prendrons pas d’avocat mais demanderons simplement une expertise vétérinaire qui prouvera que les exigences que nous demandons sont tout à fait justifiées et nécessaires pour la bonne santé du cheval… malgré cela, cette famille d’accueil continua à nous contrer et malheureusement le cheval est mort entre temps, nous n’avons juste pas eu le temps d’aller le chercher.  Certaines familles d’accueil, après le 1er avertissement, ne changeront rien. A ce moment le cheval sera repris par le Refuge, cela a été le cas pour Quidam… Le côté administratif du Refuge est important, le comité s’investit pour que cette tâche soit répartie et que l’on puisse chercher des fonds qui nous permettrons d’assumer les frais investis à Sezenove. 

L’association participa également à l’organisation de la Fête du Cheval à Carouge… quel succès, c’était un week-end splendide ! Tous les milieux du cheval de Genève, réunis sur la même marche ! Une totale réussite, à quand la prochaine ! Nous avons également été invité à la Foire de Genève et avons eu la chance d’avoir un sponsor pour participer pour la première fois au CSI de Palexpo ! Un grand pas pour le Refuge…Rendez-vous compte, des chevaux sans avenir à une manifestation de chevaux qui valent des milliers de francs… franchement excellent !

Le Refuge est même passé sur les écrans en 2005. La TSR est venu filmer afin de faire une présentation de notre travail.  Un rêve de fillette s’est réalisé pour notre fondatrice, quand elle pense que ces chevaux qui ont failli mourir sont devenus des stars même pour un jour… les larmes ne sont pas loin.

Que d’évolution d’année en année !

A la fin de l’année 2005, deux bonnes nouvelles :

  1. nous jouirons de la totalité des locaux, étant donné que nos co-locataires quitteront les lieux le 31.12.2005.
  2. le Refuge recevra début 2006, le prix des vétérinaires genevois soit une somme d’environ 4'000.— mais surtout une très belle reconnaissance pour notre travail.

 

Année 2006

Vents, cyclones, ont été présents sur notre vie au Refuge… des moments difficiles à traverser tant bien du

  1. côté financier, quand les factures ouvertes dépassent vos rentrées prévues,
  2. côté émotionnel, quand les refus pour vos projets s’enchaînent,
  3. coté fatigue, quand vos journées sont trop courtes pour clôturer la longue liste des choses à faire
  4. coté sentimental, quand certains décident de partir pour un monde serein

Mais malgré les montagnes qu’il a fallu escalader, notre passion l’emporte, notre détermination est la même qu’au premier jour pour faire du Refuge, la Ligue Suisse pour la Protection du Cheval !

Cette année, après 2 ans de travaux, de sueur et de soucis, le Refuge a eu les autorisations pour exploiter son saloon en tant que restaurant. Cette nouvelle activité permet au Refuge de pouvoir faire face à une grande partie des charges.

Le Refuge, accueille cet hiver, une trentaine de chevaux et ânes. Certains seront à placer alors que d’autres devront rester le temps nécessaire afin de prendre confiance et d’apprendre que le respect homme-animal existe.

Année 2007

Le Refuge accueille les chevaux maltraités, souvent suite à des plaintes dénonçant les conditions catastrophiques dans lesquelles certains vivent. Nous continuons à renforcer notre partenariat avec les autorités vétérinaires et au total, cette année, nous avons recueilli 19 équidés et 13 ânes.

Depuis sa fondation, le Refuge de Darwyn a recueilli 143 chevaux.

L’Association participe dans la vie genevoise en mettant ses services au profit d’organisations (EMS des Pervenches), d’associations (Arabelle: foyer d’accueil pour femmes battues) et plusieurs écoles. Par ces moyens nous pouvons sensibiliser les jeunes au bon traitement des animaux et faire connaître Le Refuge au sein de la population.

En conséquence, Le Refuge a toujours reçu un grand soutien de la population genevoise que ce soit pour son action globale ou pour des sauvetages de dernière minute (appel sur Tribune de Genève, Radio Lac). Ce soutien se manifeste par des dons, des contributions, des lettres, des messages sur notre site internet, des demandes de visites et des contacts chaleureux lors des manifestations où nous avons un stand.

Pour nous aider dans notre travail pour la protection des équidés, nous avons abordé des importants changements et modifications pour assurer un fonctionnement plus économique et plus efficace du Refuge.

Cette année,

  • Nous avons acheté un nouveau tracteur qui est indispensable pour accomplir les lourdes taches autour du manège.
  • Nous avons remplacé les copeaux dans le paddock avec du sable de silice pour réduire la poussière et pour donner une surface plus convenable pour les cours de monte.
  • Nous avons broyé une espace de 8000m2 qu’était en friche et les chevaux pourront se servir de cette place au printemps.
  • Nous avons construit un nouveau box pour un de nos pensionnaires.
  • Nous avons remplacé les escaliers en bois (qui donnent accès au Saloon) avec des escaliers en métal pour être en conformité avec les règlements de sécurité.

Ces travaux ont entraîné des dépenses importantes qui ont été subventionné par des généreux donateurs.

 

Année 2008

Malgré le fait que que nous devons admettre nos limites pour les sauvetages et que Le Refuge doit accueillir en premier plan les chevaux maltraités, cette année nous avons sauvé plus de chevaux que jamais.

En plus, nous avons du faire face au plus grand défi de notre existence - le sauvetage en gros de 15 chevaux attachés dans les conditions lamentables, sans manger depuis des jours et sans eau. La Direction des Services Vétérinaires de Savoie à porté plainte contre le propriétaire et Le Tribunal a ordonné que ces quinze chevaux soient séquestrés et confiés à la protection du Refuge de Darwyn pendant que l’affaire soit jugée.

A part la coordination de la saisie et l’organisation du transport pour emmener les chevaux, il fallait trouver un endroit pour les garder pour un période qui risquait de durer jusqu’à douze mois. En 24 heures nous avons pu trouver un parc de six hectares  grâce à la générosité de coeur d’un de nos membres. Le 6 mars 2008, devant une présence policière, les 15 chevaux ont été chargés dans un camion à remorque conduit par une dame sensible à la condition de ces pauvres équidés.  Après de longues heures de route, ses 15 chevaux sont libérés de ce calvaire et pourront enfin avoir une vie de cheval et de respect.

En plus que ces quinze chevaux, nous avons accueilli 23 chevaux et ânes pour les rasions suivantes :

18        Chevaux maltraités
4          Chevaux dont le propriétaire ne pouvait plus assumer les charges
1          Chevaux de manège usés

Tous les jours il faut s’occuper des pensionnaires du Refuge. Entre les soins quotidiens, le nettoyage des boxes et les différents voyages pour aller chercher les nouveaux pensionnaires ou les emmener chez leurs nouveaux propriétaires, le travail ne manque pas. Tout cela sans compter l’accueil des visiteurs sur place, les sauvetages, les stands à tenir pendant les différentes manifestations, l’organisation d’évènements, les cours, les camps, les travaux, le secrétariat et l’administration. Le Refuge ne pourrait pas fonctionner sans l’aide des bénévoles. Un grand merci à eux pour tout le travail accompli en 2008.

Nous aimerions aussi citer et remercier nos familles d’accueil. Grâce à leur bonne volonté nous avons pu placer la plupart des chevaux qui arrive au Refuge. Ils vivront dans des bonnes conditions, ils auront de la compagnie et ils auront de l’exercice pour leur maintenir la forme - une vie normale de cheval.

Le Refuge fonctionne grâce aux cotisations de ses membres, qui s’élèvent au nombre de 1380, et au soutien de diverses fondations genevoises, afin de garantir un fond de roulement nécessaire à l’entretien des chevaux sauvés et en attente de placement dans une famille d’accueil.

Année 2009

Notre action continue car les cas de maltraitance à l’encontre des chevaux existent en Suisse comme ailleurs. Cette année, nous avons traité 44 plaintes, 60 % de plaintes sur Suisse, 40 % de plaintes sur France dont 30% déposées par des personnes Suisses. Depuis sa fondation, le Refuge de Darwyn a sauvé 189 chevaux de la maltraitance, de la bou­cherie, ou de propriétaires dans le besoin.
Le Refuge de Darwyn remplit un rôle complémentaire à celui des organismes qui s’oc­cupent de la protection des animaux. Nous sommes la seule association en Suisse romande qui focalise son action sur les chevaux. Leur nombre croissant sur Genève exige un point de chute pour l’accueil temporaire ou définitif des chevaux maltraités ou saisis par les autorités. Nous travaillons en partenariat avec les autorités vétérinaires et les institutions telles que la SPA. Le besoin d’un tel Refuge a été confirmé par l’Office Vétérinaire Cantonal qui ne dispose d’aucune structure d’accueil pour les équidés retirés à leurs proprié­taires.
Les 15 chevaux séquestrés en mars 2008 ont finalement été confiés au Refuge par le procureur en avril 2009, et en cinq mois, 12 chevaux ont pu être placés dans de nouvelles familles. La demande pour notre intervention grandit d’année en année, et nous avons dû revoir avec regret nos critères d’acceptation des chevaux. Ainsi, nous n’accepterons plus les chevaux en bonne santé destinés à l’abattoir, mais nous les mentionnerons sur notre site internet, pour la mise en relation avec des acheteurs potentiels. Nos moyens (financier et espace) sont limités et nous devons nous focaliser sur notre but principal : la protection des chevaux maltraités.
A la fin de l’année 2009, le Refuge a recueilli 189 chevaux dont 161 sont en vie.
- 114 sont en familles d’accueil, soit assumés financièrement
- 25 sont en pension à la retraite
- 22 sont au Refuge

 

Année 2010

L’année 2010 marque les dix ans d’existence du Refuge.
Dix ans!...plus de 200 chevaux recueillis, plus de 250 plaintes traitées, et des actions incessantes pour sauver, soigner ou venir en aide aux équidés.

Parmi les points forts de l’année,  la saisie en février de 11 juments enfermées dans une écurie isolée en altitude, saisie que nous avons dénoncée auprès du vétérinaire cantonal de Neuchâtel. N’ayant pas les moyens pour exécuter la saisie, les autorités ont fait appel au Refuge qui a récupéré, hébergé et socialisé les chevaux pendant que la procédure légale suivait son cours. Le jugement du Tribunal de police a été prononcé en novembre (une simple amende de CHF 300.-) mais le Tribunal administratif ne s’est pas encore prononcé sur le sort de ces 11 juments.

 

Pour marquer les 10 Ans du Refuge, nous avons décidé de faire 4 jours de fête. Deux soirées de gala ont été organisées avec le but de récolter de fonds pour le projet que nous envisageons pour la deuxième décennie du Refuge: pour faire face à une demande grandissante de nos prestations et pour mieux remplir notre mission, nous voulons acquérir une ferme équestre afin de complémenter nos activités à Sezenove et de soulager la sur-occupation. Nous avons organisé une installation sono et toute une mise en place pour un magnifique spectacle offert par les membres du Team du Refuge accompagnés de leurs chevaux ou de chevaux recueillis.

Pendant le week-end, tout le monde a trouvé son bonheur avec les démonstrations de monte, les spectacles, la musique country ainsi que les balades à poney, les châteaux gonflables, le rodéo mécanique, le trampoline, le maquillage pour les plus petits…

Les quatre jours de fête pour marquer les 10 Ans du Refuge ont laissé une magnifique empreinte dans l’esprit de tous, et particulièrement dans celui des personnes qui ne connaissaient pas Le Refuge.

Au final, plus de 3’000 personnes ont franchi les portes du Refuge de Darwyn pendant ces 4 jours ; beaucoup sont venus par curiosité et sont repartis avec une image concrète du Refuge et de la taille de notre action.

Le Refuge est soutenu par un fidèle groupe des bénévoles. Il y a un groupe de personnes qui sont toujours présentes, été comme hiver et sur tous les terrains. Mais il y en a aussi d’autres sur lesquelles nous pouvons toujours compter pour les grandes manifestations, et tous ont répondu présent pour les 10 Ans du Refuge. Sans leur travail, leur engagement et leur dévouement, il aurait été impossible de monter une manifestation d’une telle ampleur. Grâce à eux le Refuge peut assurer son action et la sauvegarde de nos protégés.

 

 

Carina Mac Laughlan

Previous ◁ | ▷ Next